Le bourgmestre de la commune de Kadutu, Kashama Munyole Bekao, a présenté à la presse et au maire de la ville, ce jeudi 16 mars 2017, un groupe de 19 présumés voleurs qui tracassent la population.

Munyole Bekao rassure que ces présumés bandits ont été attrapés dans une opération menée par le service de sécurité en collaboration avec les cadres de base de la commune. Il salue la bravoure de ses habitants et leur de continuer à collaborer avec le service de sécurité pour ramener la paix dans cette commune.

« Nous les avons attrapés vers 4heures dans une opération que nous avons commencée avant-hier. Nous remercions les jeunes de Cimpunda et nous leur demandons de dénoncer chaque fois qu’ils voient des bandits. Nous invitons la population à continuer à travailler en collaboration avec le service de sécurité pour la paix de nous tous », a-t-il dit.

Après les opérations, ces présumés stockent les biens volés dans une maison au niveau de la place appelée ONL. Parmi les objets volés rencontrés sur place figuraient 3 groupes électrogènes, 23 caisses de boissons, des matelas, des portes, des chaises, un seau contenant du chanvre et des ustensiles de cuisine.

Parmi ces présumés on note 12 hommes et 7 femmes. Tous appartiendraient au groupe des bandits dirigé par un certain Kabungulu connu sous le nom d’Avion, affirment d’autres sources.

Pour sa part, l’autorité urbaine a demandé qu’ils soient acheminés au parquet et punis conformément à la loi.

Source d’information: Jambordc.info

Un accident de circulation routière parvenu ce vendredi 17 mars 2017 sur la route Bukavu Kavumu au niveau de Murhesa fait plusieurs blessés. Cet accident des journalistes à Bukavu a été causé par excès de vitesse et qui a renversé le bus.

Accident des journalistes à Bukavu
Photo prise après l’accident des journalistes à Bukavu

C’était dans un minibus qui transportait des journalistes qui revenaient  de Kavumu pour la couverture de l’arrivée du vice-ministre de la justice dans cette capitale du Sud-Kivu.

Aucun mort enregistré dans cet accident des journalistes à Bukavu.  Cependant,  le chauffeur a grièvement été blessé.

Les journalistes à bord ont tous été transferés à l’Hôpital Général de Référence de Bukavu pour des contrôles sanitaires et tous  ont été liberés à 17h sans aucun problème particulier de santé selon Justin Kyange, le Directeur de la Radio Télévision Ngoma ya Kivu (RTNK) qui, l’un de ses journalistes était à bord du bus.

C’est dans la  nuit de ce dimanche à ce lundi 13 mars, que deux voleurs à mains armées ont été tués au quartier Ndendere dans la commune d’Ibanda. Ce matin, un corps gisant par terre a été retrouvé vers le centre universitaire de paix (CUP) situé sur avenue route d’Uvira.

Selon les habitants rencontrés sur place, les voleurs sont venus en groupe et voulaient s’introduire dans une maison où se trouvait un chien qui a réagi. C’est alors que le propriétaire de la maison a alerté les voisins qui lui sont venus au secours. Dispersés, deux d’entre les voleurs ont été attrapés avec des armes blanches que la population a utilisées pour les achever.

Contacté, le chef adjoint du quartier Ndendere, Placide Masenge, a confirmé le fait.

« Depuis 3 heures du matin, nous avons appris que les voleurs ont attaqué le domicile de maman Mauwa Muvunyi. La population a attrapé celui-ci et l’a tué. Les machettes que voici appartenaient à ces bandits. J’ai appris que l’autre a été tué vers 21heures, mais je ne sais pas où on l’a amené », précise-t-il.

De nos jours, des cas d’insécurité et des vols à mains armées sont enregistrés au quotidien dans la ville de Bukavu.

Source: JamboRDC.Info

Suite à une attaque le 1er mars dans le Maniema dans le quartier résidentiel des agents de Namoya Mining, une filiale de la  compagnie aurifère Banro corporation, deux expatriés et trois Congolais ont été enlevés, selon la société civile locale.

L’attaque a eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi à Salamabila, à environ 375 kilomètres au sud de la ville de Kindu, territoire de Kabambare. 

Malgré l’absence de bilan communiqué par l’entreprise Banro corporation sur cette attaque, la société civile de Salamabila a déclaré qu’il s’agit d’un groupe d’hommes armés conduit par Cheick Assani qui a pris d’assaut un luxueux quartier résidentiel des agents de Namoya Mining à Salamabila.

Cinq personnes ont été enlevées dont un Français, un Tanzanien et trois Congolais.

 

 

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères français confirme « la présence d’un ressortissant français parmi les personnes enlevées le 1er mars dans l’Est de la RDC ».

« Nous n’avons à ce stade aucune information concernant les auteurs de l’enlèvement. Nous sommes mobilisés, en lien avec les autorités congolaises pour faire toute la lumière sur ces faits et parvenir à la libération de notre compatriote », ajoute le texte.

Les agents de Namoya Mining
Les agents de Namoya Mining

 

Julien Makoba, président de la société civile de Salamabila, décrit la scène :

« ils ont commencé à tirer, c’est pour cela qu’il y a eu trois blessés. Ensuite, ils sont repartis avec cinq personnes, avec une jeep. Nous déplorons ces actes car nous avons besoin de la paix ».

D’autres sources contactées sur place confirment ces informations et ajoutent que parmi les blessés figure un policier de la mine grièvement touché par balle.

La nouvelle dynamique de la société civile, NDSCI, condamne cette incursion armée et estime que ces attaques répétitives contre des filiales de Banro corporation traduisent un profond malaise au sein de la communauté.

 

Jean Chrysostome Kijana, président national de la NDSCI, explique qu’il faut condamner ces attaques contre les sites miniers et qu’elles « ne devraient pas être prises à la légère » par la société civile et l’Etat congolais.

Pour Jean Chrysostome Kijana, ce climat d’insécurité est de nature à décourager des investisseurs privés en RDC, et l’Etat doit prendre des dispositions et sécuriser l’espace et les populations.

Namoya Mining
Namoya Mining

Cette incursion armée contre Banro corporation suscite des interrogations dans l’opinion étant donné qu’elle intervient moins d’un mois d’une autre attaque cette fois à Twangiza Mining, une autre filiale de Banro établie à Luhwinja en territoire de Mwenga au Sud-Kivu. L’attaque avait coûté la vie à trois policiers et un assaillant le 7 février 2017.

Avant Banro, les creuseurs artisanaux ​sur ce site avaient été déplacés de Namoya vers la localité de Matete, à 25 kilomètres au sud de Salamabila.

Réportage: Ernest Muhero