Chers frères et sœurs,

Il y a exactement un mois qu’il vous avait plu de nous engager dans la compétition démocratique visant à gagner le poste de Gouverneur de notre Province tout en étant bien informé de notre situation de détenu spécial que nous sommes.

A l’occasion de notre élimination au premier tour de cette compétition, nous devons vous dire tout simplement : merci pour cette complicité renouvelée et cette grande marque de confiance et d’attachement aux valeurs cardinales que nous incarnons et que nous défendrons toujours pour les intérêts de notre province.

Nous devons vous assurer que votre objectif politique a été atteint, car cette candidature populaire nous a permis de comprendre de nos institutions, que tout en nous gardant en détention, elles nous reconnaissent en même temps le droit de jouir de nos droits civils et politiques. Nous en sommes très fier.

Il nous reste à encourager nos représentants, députés provinciaux, à aller jusqu’au bout de la logique pour un vote réellement utile pour le grand bien de toute notre population du Sud-Kivu.

Nous promettons d’ores et déjà, au gagnant du second tour, toute notre disponibilité à l’accompagner conformément à notre discours programme qui reste celui que plus de 350 élites intellectuelles du Sud-Kivu avaient proposé à l’issue du séminaire-atelier de Kinshasa en avril 2010, comme voie de sortie de la misère du peuple pour une bonne gouvernance et une paix durable au Sud-Kivu.

Espérant cette fois, nous revoir bientôt chez nous, encore MERCI à tous et à bientôt. Nous vous prions de croire à notre profond attachement au sol de nos ancêtres.

Très cordialement

Gustave Bagayamukwe Tadji.

Kinshasa, le 26 août 2017.

Après une série de bras de fer qui aura durée près de 6 ans entre le Gouverneur Marcellin Cishambo et ses administrés, ponctuée par des motions de défiance initiées par les députés provinciaux de sa propre famille politique, la Province du Sud Kivu doit se trouver bientôt un 4 ème gouverneur en 10 ans.

Depuis les élections « démocratiques » de 2006, il y a eu Cibalonza Célestin, Louis Léonce Muderhwa et Chishambo Marcellin, tous recommandés par l’Autorité Morale, ensuite élus gouverneur de province au grand dam de la population, par les mêmes 36 députés provinciaux de la Majorité Présidentielle encore en fonction, puis rappelés à Kinshasa pour consultation et finalement poussés à la démission dans les mêmes conditions.

ADIB BUKAVU ADIB SUD-KIVU

Que veut la population du Sud-Kivu !!!!!!!! et !!!!!! Qui succedéra à Chishambo Marcellin????? 

Par sa décision N°047/CENI/BUR/17 du 02 aout 2017, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a publié la liste des candidatures recevables à l’élection des gouverneur et vice-gouverneur de province notamment pour la province du Sud Kivu où la vacance à la tête de l’Exécutif Provincial a été constatée et exprimée par la lettre de Monsieur le Vice-premier Ministre et Ministre de l’Intérieur, réf. N°25/CAB/VPM/MDNTERSEC/ERS/536/2017 du 14 juillet 2017, adressée à Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante. 

Sur les 41 formulaires retirés, neuf dossiers de dépôt de candidatures avaient été officiellement réceptionnés à la fermeture du bureau provincial de la CENI à Bukavu à la date du 25 juillet 2017 à minuit. Et par sa décision ci-haut citée, le Rapporteur de la CENI avait rendu public, le 02 aout 2017, comme prévu dans la décision N°044/CENI/BUR/17 portant convocation du scrutin et publication du calendrier, les sept noms des candidats retenus sur la liste provisoire et parmi lesquels figure le Gouverneur successeur à Marcellin Chishambo.

Suivant l’ordre alphabétique, il s’agit de : Aganze Chibembe Juste (Ind), Bagayamukwe Tadji Gustave(Ind), Mirindi Basheka Jean Pierre(Ind), Mudekereza Koko Constant(Ind), Mushi Bonane Sylvanus(Ind), Nyamugabo Bazibuhe Claude(MP), Zihindula Mushengezi Elie(UDDS)

Sans tarder et contrairement à toutes les fois précédentes, cette fois la population est décidée d’en découdre avec les candidats imposés. Elle élève la voix à travers la Société civile, les mouvements citoyens et tous les partis politiques de l’opposition pour accompagner le souhait du député provincial Rugusha, initiateur de la motion de défiance contre Monsieur Chishambo, dans la logique de contrer tout candidat originaire d’un parti politique et surtout de la Majorité Présidentielle.

En effet , la triste expérience de gestion des gouverneurs précédents imposés par l’Autorité Morale de la MP, vécue au Sud Kivu depuis 2006 et ailleurs dans beaucoup d’autres province recommande, aujourd’hui le soutien total à un candidat réellement indépendant des partis politiques et qui répond aux critères fixés dans le profil recommandé par l’élite intellectuelle du Sud Kivu à l’issue du séminaire atelier organisé à Kinshasa par ADIB du 16 au 18 avril 2010 sur « La Problématique de la Gouvernance au Sud Kivu », pour le choix des dirigeants politiques au Sud Kivu.

Il doit en plus  ; être patriote et rassembleur; avoir une bonne connaissance des relations inter-communautaires; avoir une expérience confirmée dans la gestion de la chose publique; être un bon communicateur; avoir un niveau de formation suffisant; une bonne connaissance de la province; faire preuve d’un sens élevé de dignité, d’intégrité, d’honorabilité, d’équité, d’humilité et d’altruisme; jouir d’une bonne réputation; être au-dessus de tout soupçon de malversation financière et autres crimes 

Gustave bagayamukwe detenu politique en rdc

Bien qu’il soit encore détenu à la prison militaire de Ndolo à Kinshasa sans jugement et sans aucune infraction, la population Sud-Kivutienne ne jure que pour cet homme capable de répondre à ses besoins pour le moment. Elle demande au pouvoir de lui ramener ce fils afin que sous son leadership, elle puisse poursuivre l’œuvre commencée avec lui et stopper en 2013 par son arrestation, celui d’Unir toutes communautés tribalo-ethniques du Sud Kivu vers un seul et même idéal, le développement de la Province.

Ce fils du terroir pour qui le bonheur du Sud-Kivu a toujours était un apostolat depuis plusieurs années, s’appelle Gustave BAGAYAMUKWE TADJI, affectueusement appelé « L’homme de Bukavu » et Président du Comité Exécutif de l’Association pour la Défense des Intérets du Kivu-Bukavu (ADIB).

Qui est il réellement et pourquoi Gustave BAGAYAMUKWE pour le Sud-Kivu maintenant ?

Gustave Bagayamukwe

Gustave Bagayamukwe, est l’un des membres fondateurs de cette association encore en vie. Il a conduit toutes les initiatives, les réflexions et les actions concrètes en faveur des nos populations au SudKivu. C’est le membre idéal qui incarne dans sa chair et son sang la vision politique de ADIB, et donc l’homme idéal pour matérialiser les recommandations issues du séminaire-atelier de 2010 pour une paix durable et une bonne gouvernance au Sud Kivu.

Il est bien connu partout dans tous les territoires. Il a la confiance et le crédit de toute la population pour avoir mené de main de maitre la caravane de plaidoyer des recommandations destinées aux différentes tribus dans la ville de Bukavu et tous les 8 territoires du Sud Kivu profond. Dans chaque entité, il avait rencontré les administrateurs de territoire, les chefs coutumiers, les responsables des différentes confessions religieuses, ceux des ONG, de la société civile, de la Fédération des Entreprises du Congo, des services de sécurité et même les groupes d’auto défense populaires éparpillés dans la province.

A cette époque où il était ainsi au chevet de la Province, aucune autre motivation que son amour profond pour la province. Aucune ambition politique ni intérêt personnel quelconque étant donné qu’il était encore un Haut Fonctionnaire de l’Etat à la Banque Centrale du Congo. 

Lisez et faites lire les documents téléchargeables sur les liens ci-dessous et visitez le site internet de l’Association créée depuis 1995 pour défendre les intérêts du Kivu-Bukavu, afin de connaitre davantage l’homme et ses actions.

ADIB BALISE L’AVENIR DU SUD KIVU (voir conclusion de la réflexion et programme d’actions élaborés par plus de trois cents élites intellectuelles originaires du Sud-Kivu en 2010 à la suite de la démission forcée du Gouverneur Louis Léonce Muderhwa, 55 jours après son rappel à Kinshasa par sa hiérarchie politique).

Télécharger Les Livres de l’ADIB

  • ADIB BALISE L’AVENIR DU SUD-KIVU

  • LA VISION DE L’ADIB

DEPART (Vision politique de notre association pour un développement harmonieux de notre pays), 

https://www.adib.cd

 

Le mercredi 02 août, la Société Civile du Sud-Kivu à Bukavu a organisé une journée ville morte pour dénoncer la répression faite contre les manifestants de la marche pacifique du lundi 31 juillet visant à réclamer la publication par la CENI du calendrier global des élections présidentielles et législatives prévues pour avant fin décembre 2017.

Les manifestants ont été victimes des tires à l’arme lourde, bombe lacrymogène et des balles réelles. Nous avons un bilan grave d’une dizaine des blessés par balles, et beaucoup d’objets perdus et arrachés par la police.

Victime marche pacifique à Bukavu Victime marche de Bukavu

La société civile de Bukavu a demandé à toute la population de Bukavu d’observer une journée ville morte ce mercredi 02/08/2017. À Bukavu et dans tous les 8 territoires qui composent la province du Sud-Kivu. Pas de boutique ni marché ouverts, pas de banque ouverte. Pas de trafic moto ni voiture, ni travail à l’administration publique mal payée avec un taux de dollars sans nom.

Marche de Bukavu société civile de Bukavu police marche pacifique de Bukavu

La Société Civile en synergie avec tous les mouvements citoyens et les partis politiques de l’opposition ont exprimé à l’issue de la marche réprimée leur volonté de pousuivre leurs manifestations jusqu’à obtenir gain de cause. Dans l’immédiat, ils exigent :

  1. Qu’on leur laisse aller déposer leur mémo à la CENI ce jeudi 03/08/2017.
  2. Que ceux qui donné l’ordre de tirer sur les manifestants de ce lundi soient punis.
  3. Ici l’occasion de dénoncer aussi la hausse du taux de dollars et la cherté de la vie.

Ils ont également dénoncé le fait que le maire de la ville et le vice gouverneur ont montré leur limites, une incompétence notoire, une gestion légère de la province et la mairie et le non respect de la parole donnée, pour avoir ordonné à la police de tirer sur les manifestants pacifiques. Ils ne méritent plus de diriger cette province cosmopolite. Bref, Ils doivent partir.

A signaler qu’une plainte en bonne et due forme est en cours de rédaction pour crime contre l’humanité à charge du vice-Gouverneur. Le maire n’est pas épargné, selon un membre de la Société Civile.

ADIB Bukavu

Le Staff dirigeants de l’Association pour la Défense des Intérêts du Kivu-Bukavu (ADIB), en rencontre d’évaluation après la marche pacifique organisée par la Société Civile et réprimée sévèrement par la police ce lundi 31 juillet à Bukavu