Au niveau politique

  • Ignorance des réalités de la province par les gouvernants.
  • Interférence du pouvoir central dans la gestion de la province.
  • Manipulations et machinations des populations et des gouvernants orchestrées par des leaders du Sud-Kivu tant localement qu’à partir de Kinshasa.
  • Dysfonctionnement du pouvoir judiciaire.
  • Clivage tribal
  • Faiblesse des pouvoirs publics dans l’application de la réglementation économique
  • Environnement politique défavorable fragilisé par des guerres récurrentes et leurs conséquences.
  • Absence d’un parti politique créé localement et animé par un leader politique charismatique et rassembleur.

Au niveau économique

  • Déficit de la production agricole et paupérisation accentuée du monde rural.
  • Insuffisance et inadéquation des infrastructures de transport et de communication.
  • Insuffisance de l’outil de production industrielle et déficience énergétique.
  • Absence d’une politique de planification économique.

Au niveau socioculturel

  • Pratique du tribalisme par les dirigeants politiques.
  • Désinformation et rumeurs.
  • Corruption et impunité.
  • Exclusion sociale et repli identitaire.
  • Abandon de la population par les Chefs coutumiers.
  • Affaiblissement du pouvoir coutumier.
  • Viol massif des fillettes, des jeunes filles et des femmes.
  • Absence de la réinsertion sociale des enfants de la rue en rupture de famille.
  • Pauvreté accrue des familles.
  • Mauvais encadrement des militaires et des policiers à la base de l’insécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.